CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

▬ Ecrits : 175
▬ Arrivé le : 16/07/2011

Rapeltout
▬ Camp: LVDM
▬ Sang: Mêlé
▬ Pensées diverses :
MessageSujet: Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas   Lun 1 Aoû - 19:34

"Aïe ! Bordel de goule mais oh ! Tu ne peux pas faire attention, non ?"
Lucy avait mal au bras gauche. C'était la faute d'un jeune gryffondor (probablement un deuxième ou un troisième année : il n'avait pas l'air vieux et il n'avait pas l'air doué). Il venait de lui lancer un bien étrange sortilège -sans la moindre part de volonté de nuire pourtant ! Simplement une maladresse folle. Le pauvre petit voulait à la base s’essayer à un "lumos" ; mais a trébuché -en effet, il est très peu prudent de lancer un sort tout en courant dans les escaliers ! Nous vous la déconseillons avec insistance !- et a bafouillé une toute autre formule, engendrant ainsi un sort qui blessa Lucy. Une grande entaille rougeoyante lui lançait dans tout l'avant bras et jusqu'au poignet. Pris de peur et d'affolement, le jeune gryffondor s'enfuit très vite après avoir ramassé sa baguette tombée quelques marches plus bas. La serdaigle, quant à elle, verte de rage, ne resta pas les bras croisés à attendre qu'il ait déguerpit, non non non ! Furibonde, elle brandit sa baguette et le fit trébucher à nouveau -rien de bien méchant à vrai-dire -c'était simplement histoire d'avoir une petite vengeance... Lucy raffolait des vengeances.-, l'enfant avait simplement raté une ou deux marches mais n'était pas tombé sur la pierre dure et glacée des escaliers. Il était paniqué, mais pas désespéré : ce n'était pas aujourd'hui que la Grande Méchante Lucy le mangerait, et il disparut derrière une porte tel un lapin dans un talus. Quand Lucy n'était pas particulièrement de mauvaise humeur, déjà, les gryffondors (surtout aussi petits !) ne s'approchaient pas trop d'elle ; mais alors imaginez ce qu'elle serait capable de leur infliger s'ils la blessaient ! Une rumeur court : Lucy aurait dit-on pratiqué le sortilège Doloris sur une première année qui lui aurait fait tomber un chaudron sur le pied. Elle est au courant (de celle-ci comme de tant d'autres, toutes aussi farfelues les unes que les autres !), bien évidemment, mais s'en fiche : elle-même sait bien qu'elle n'aurait jamais commit un tel acte ! Ploc, ploc, ploc, des gouttes de sang coulaient lentement sur sa main gauche avant de dégringoler jusqu'au sol, formant sur le marbre blanc des étoiles rouges. Quand elle restait immobile un moment, des constellations se formaient, attirant l’œil de certains élèves, qui se gardèrent bien de le lui signaler. Lucy finit bien par le remarquer seule, mais plus tard seulement, car elle n'avait pas prit la peine de vérifier l'état de son bras "Bof, je n'ai pas si mal que ça." se disait-elle tendit qu'elle sentait son poignet piquer. Elle se contenta de cacher la plaie dans la manche de sa robe, en prenant soin tout d'abord de l'enrouler dans son mouchoir de coton. Il lui était difficile de faire un nœud correct avec une seule main, et elle dut s'aider de ses dents pour mieux le serrer. Mais pour que personne ne la voit, elle s'isola dans une salle vide. On ne sait jamais... elle craignait en fait que quelqu'un ne la traîne à l'infirmerie -l'infirmière, elle la connaissait, ça oui ! C'est souvent qu'elle avait des petits bobo ou de graves blessures, et elle était méfiante par rapport aux traitements (souvent douloureux) qu'elle lui administrait avec l'air impassible de personnages de nombreux tableaux du château. Lucy la soupçonnait tout à fait dénuée de sentiment.-

La plaie était trop profonde pour cicatriser d'elle-même, et il était dangereux de l'ignorer. Lucy voulait s'en charger elle-même ; elle se faisait confiance. Le seul bémol dans cette affaire était qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pouvait faire afin de guérir rapidement sa blessure. Elle eut aussitôt l'idée de chercher un remède ; un onguent, une plante magique, un sortilège ou une quelconque pommade qui pourrait apaiser et soigner son bras dans un lieu qu'elle appréciait tout particulièrement : il s'agissait bien sûr de la grande bibliothèque de Poudlard. Elle s'y rendit à la hâte (et tant pis pour son cours d'Histoire de la magie !). Elle bouscula au passage plusieurs élèves, pour la plupart des gryffondors niaiseux ou des premières années paumés.

"Hé ho fais gaffe, toi ! lui lança un gryffondor certainement plus âgé qu'elle. A ces mots, Lucy se retourna pour dévisager son locuteur d'un air excédé et méchant. Euh, rien. poursuivit-il tout en se remettant en chemin un peu plus vite qu'avant, rien du tout"

Lorsqu'elle arriva enfin à la bibliothèque, elle espéra agir vite. Elle posa son sac à l'une des tables libres dans le fond et se mit en quête d'un livre de médecine magique. Elle en ramena plusieurs pour les étudier les uns et les autres sans avoir à se relever -malin ! La bibliothèque était presque vide ; ici, un groupe de nouveaux qui étudient le plan du château, là, une serdaigle que Lucy a déjà vu quelques fois, et là-bas, quelques serpentards qui ricanent au dessus d'un énorme grimoire. La pièce -outre quelques toussotement et autres bruits légers- était parfaitement calme et silencieuse. Lucy épluchait avec circonspection chacun des livres qu'elle trouvait mais rien ne lui correspondait. Elle les ramenait et se dirigeait vers les grimoires de potions (elle se souvenait un peu avoir déjà entendu parler de l'essence de dictame, qui lui semblait tout à fait indiquée pour l'usage qu'elle souhaitait en faire.) Elle ne faisait plus attention à ceux qui l'entouraient. Elle avait une pile de bouquins dans les bras, qui obstruaient son champ de vision. Elle heurta malencontreusement la serdaigle vue peu avant, et échappa quelques livres par terre. Les deux filles étaient surprises. La manche de Lucy se releva un peu, dévoilant le mouchoir imbibé de sang autour de son bras, et lui rappelant qu'elle était pressée. Elle se pencha pour ramasser les livres en adressant à l'autre, qui se nommait en fait Dorcas (son nom lui revint soudainement, alors qu'elle avait le nez penché au dessus de ses chaussures...) :

"Fais attention où tu marches, nom d'un scroutt à pétard !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

▬ Ecrits : 465
▬ Arrivé le : 17/06/2011

Rapeltout
▬ Camp: Le bien
▬ Sang: Mêlé
▬ Pensées diverses :
MessageSujet: Re: Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas   Jeu 29 Sep - 21:56

Lucy&Dorcas ♥
« Deux grands esprits dans une seule pièce »


J'avais passé ma journée à la bibliothèque, tout la sainte journée. J'en avais à prime abord eu envie, mais au fil que la journée passait, je savais que j'en avais réellement eu besoin. La bibliothèque était pour moi un lieu de ressourcement, le calme dans cette tempête qu'était Poudlard, un havre de paradis au centre du désert, la lumière du pare dans la tempête en mer. L'atmosphère que dégageait la bibliothèque aujourd'hui était vraiment ce dont j'avais besoin en ce moment : un mélange de tranquillité et de connaissance dont j'étais avide, en manque depuis trop longtemps. Il n'y avait pas à dire, j'avais l'étude dans la peau, la sérénité de ces lieux ancré en moi, et ce retour au source me ramenait directement à ce moi intérieur que j'avais négligé, beaucoup trop négligé ces dernières semaines. Le fait était que j'avais eu des soucis (beaucoup trop pour une fille dans mon genre, qui essayait à tout bout de champ de passer inaperçu, mais qui n'y arrivait pas très bien, certes, à cause d'un statut qui lui avait été attribué sans même qu'elle s'en rende compte) qui m'avait amené ailleurs, beaucoup trop loin de celle que j'étais, et que je tentais de retrouver en ce jour.

Tout cela avait commencé par les fuites répétées de Regulus, qui disparaissait du jour au lendemain, sans laisser de traces, et qui pensait, je ne sais pas comment, que je ne pouvais pas m'inquiéter. Comment il pouvait croire à une telle ineptie, je n'en savais rien, mais ce n'était certainement pas le cas. À tous les jours, je regardais vers sa place vide, dans l'espoir, totalement inutile, je dois l'avouer, qu'il revienne prendre sa place dans ma vie. Notre histoire avait beau être assez complexe et improbable, je l'adorais, ce Serpentard, ce qui me surprenait moi-même. Il était, et est toujours, comme un frère, un petit frère que je dois protéger, contre son gré je l'accorde, envers ceux qui ne comprennent pas qu'on peut changer, qu'on ne doit pas toujours être comme ceux de notre famille, qu'être différent amène toujours un plus dans notre vie. J'avais beau l'adorer, ces disparitions répétés me tracassaient un peu, me faisait m'inquiéter pour lui. Le fait que Nahla soit aussi proche n'aidait en rien à cette cause, car elle aussi en souffrait, et voir quelqu'un d'autre aussi proche de moi en souffrir redoublait cette douleur à l'intérieur.

Il y avait eu ensuite ce matin-là, quand j’avais découvert ma prof de divination, Mrs. Lilith C. Sommers, complètement démantibulée et en train de divaguer, dans les bras de mon professeur préféré de Défense Contre les Forces du Mal, Mr. Andrew W. Shelton. Je n’avais jamais vraiment porté attention aux rumeurs, même si plusieurs venaient à mes oreilles, mais en voir une qui m’avait certes surprise et charmé se réaliser devant mes yeux m’avait profondément troublé, au point tel que j’avais dû en faire abstraction durant un long moment, jusqu’à la nuit venue en fait, pour pouvoir y réfléchir de manière calme et posée. J’en étais arrivé à la conclusion que je ne devais probablement pas avoir un jugement précoce sur leur relation à tous les deux, et que d’une manière ou d’une autre, nous avons le droit d’aimer qui nous voulons, même si le moment n’est pas toujours bien choisi. J’ai aussi réalisé que j’étais un peu jalouse de les voir ainsi dans les bras l’un de l’autre, parce que je n’arrive pas à avoir ce bonheur, réussir à aimer, dans le fond. Aimer, c’est quelque chose que je ne suis pas capable de faire, mon point le plus faible, cette chose qui me manque pour qu’enfin j’accepte celle que je suis, celle que les autres voient en moi, cette fille qui est la meilleure duelliste de Poudlard, celle-là même qui peut battre tous et chacun les yeux fermés, même Severus Rogue. Mais non, aimer est au dessus de moi, et je resterai celle qu’ils voient aussi, cette reine de glace sans cœur, qui renvoi d’un revers de la main chacun des garçons qui fait un seul pas vers elle, qui ne fait que passer un œil sur elle, qui ne voudrait d’elle qu’un sourire, mais qui récolte à la place qu’un regard fuyant, baissé, inacceptable.

La bibliothèque était presqu'entièrement silencieuse, sauf le bruit de jeunes premières années en train d'étudier un plan du château en rigolant (comme s'ils croyaient sincèrement qu'ils allaient en tirer quelque chose! Aucun des passages secrets n'y était recensés. La naïveté des jeunes, parfois..) À part cette présence quelque peu dérangeante, le reste de la pièce était silencieuse. Quelqu'un dans les rayons semblait chercher quelque chose fièvreusement, ce qui me troubla légèrement. Pourquoi ne pas demander à la bibliothécaire, qui semblait s'endormir complètement sur sa chaise, de l'aide, au lieu de faire glisser sans relâche les livres sur les tablettes? De me levai, déterminer à aller voir si je pouvais aider à quelque chose. Ce n'était pas dans ma nature, mais il me semblait avoir vu un uniforme bleu de ma maison passé dans mon angle mort.

Rendue proche de la rangée, je levai les yeux juste à temps les yeux pour voir une pile de livres haute comme dix étages me foncer dessus. Il n'y a pas à dire, il n,y a qu'à moi que des choses comme ça arrive. Je n'eus malheureusement pas le temps de me jeter hors de la trajectoire du monticule ambulant que je me retrouvai entourée de livres, avec une voix mécontente qui me lançait : " Fais attention où tu marches, nom d'un scroutt à pétard ! " Surprise, je m'accroupis pour aider à ramasser les livres, avant de remonter les yeux vers ma nouvelle confrontation de la journée. Lucy. Bon, ce n'était pas la peine de riposter comme je l'aurais fait avec n'importe qui d'autre, elle me clouerait le bec sur place d'une manière ou d'une autre. J'avais peine à dire ça, mais j'allais devoir m'excuser, même si ce n'était pas de ma faute, bien évidement. Soumise, la Dorcas? Non, seulement très réaliste.

" Excuses-moi de ne pas avoir remarqué qu'une pile de livre avec deux jambes me fonçait dessus.. "

C'est alors que je remarquai son bras. Qu'avait-elle bien pu faire pour qu'il soit dans cet état? Il semblait saigner énormément.. Toujours en fixant son bras, je ne pris même pas la peine de relever les yeux vers elle pour lui demander :

" Tu me laisserais regarder ton bras? Parce que je crois pas que tu sois en état pour faire des recherches pendant de longues heures avant que ta plaie s'infecte. Parce que c'est bien ce que tu voulais faire, non? "

Nous, Serdaigles, avons beaucoup trop d'orgueil pour demander à quelqu'un, même à Pomfresh, de nous aider à nous soigner. Les bouquins, c'est pour cela que cela existe, non? Pour nous aider dans nos petits crises d'orgueil..

couleur ~ MEDIUMORCHID


_________________

Dorcas Hope Meadows; « Beautiful hell yeah »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

▬ Ecrits : 175
▬ Arrivé le : 16/07/2011

Rapeltout
▬ Camp: LVDM
▬ Sang: Mêlé
▬ Pensées diverses :
MessageSujet: Re: Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas   Sam 22 Oct - 16:44

Lucy examina un instant la Serdaigle qui se tenait en face d'elle et se dit un instant qu’elle était tout bonnement en train de rêver. Cette fille venait de lui faire tomber ses livres par terre après une violente collision et avait le culot de rétorquer :

"Excuses-moi de ne pas avoir remarqué qu'une pile de livre avec deux jambes me fonçait dessus..."

Comme si Lucy lui avait foncé dessus ! Enfin, certes, Lucy lui avait foncé dessus. Mais enfin, qu'est ce qu'elle croyait, la Dorcas ? Comme si Lucy allait reconnaître qu'elle lui avait foncé dessus ! Prête à lui répondre par une remarque piquante qui irait droit là où ça fait mal -c'est la spécialité de la maison, Lucy sait que dire à qui, toujours- elle se contenta d'un long soupire plein de dédain, de mépris mais surtout d'un ennui des plus profonds quand Dorcas lui adressa gentiment :

"Tu me laisserais regarder ton bras ? Parce que je crois pas que tu sois en état pour faire des recherches pendant de longues heures avant que ta plaie s'infecte. Parce que c'est bien ce que tu voulais faire, non ?"

A ce moment Lucy se refit une idée de Dorcas, qu'elle prenait jusqu'alors pour une de ces pimbêches qui ne prêtent attention à rien d'autre qu'à elles. Lucy sourit : elle ne la connaissait vraiment pas. En l'espace d'un instant, son visage s'adoucit, ses sourcils se défroncèrent, ses lèvres n'étaient plus pincées. On pouvait même lire de l’intérêt sur sa frimousse. Un intérêt réel, qu'elle ne prêtait d'habitude à personne, et surtout pas à une autre Serdaigle. Elle finit vite de rassembler les livres qui restaient au sol sur une table, en une pile propre, et adressa un presque-sourire aimable à Dorcas. Elle savait sourire presque aimablement, oui. Depuis peu. Depuis qu'elle sortait. Elle allait souvent aux Trois Balais pour y faire des rencontres, et pendant ce temps elle était une autre Lucy, une Lucy pétillante et agréable. C'est aux Trois Balais qu'elle avait rencontré Jared... Jared qui occupait quasiment toutes ses pensées désormais. L'idée, rien qu'une simple petite pensée de Jared la faisait sourire niaisement tout au long de la journée, comme des pulsions. "J'aurais des questions, Lucy." Et dans sa tête à elle, ça sonnait : "Jared est mignon, Lucy." Et comme prise par un Jared spasme (ah, comment j'ai fait un trop bon jeu de mot steuplé ! Genre de spasme, hahaha !) elle souriait bêtement en hochant la tête "Héhéééééé ouiiiiii !" Bref.

Elle hésitait à répondre par la négative -ce qu'elle aurait bien entendu fait illico avec n'importe qui d'autre. Lucy avait des principes -beaucoup. L'un deux était la négation de tout. Il lui arrivait fréquemment de répondre non mais d'agir comme si elle avait dit oui. Vous suivez ? Même si elle ne le pense pas, elle nie (tout, quoi que ce soit). Pour la forme. Histoire de faire comprendre que c'est elle qui décide. Mais, remarquez qu'en agissant (bien trop souvent au gout de ses locuteurs...) parfois à l'inverse de ses propos, et parfois pas, elle n'était pas si prévisible. Quoi qu'il en soit, dans cette situation précise, face à cette Serdaigle qui se dévoilait en fait plutôt aimable malgré Lucy elle-même... Hé bien Lucy avait du mal à se décider, et à opter directement pour un vilain "Laisse moi tranquille, Dorcascouilles." Elle était en train de découvrir qu'elle s'était complètement trompée au sujet de son interlocutrice là, qui se montrait en fait plutôt adorable. Ça l'avait troublée, décontenancée. Elle la fixait d'un air totalement neutre, mais toujours avec son demi sourire, ce qui lui donnait une mine presque inquiétante. Elle rétorqua :

"Tu as tout compris. Je sais ce que je cherche -d'ailleurs si tu sais où je peux trouver un bouquin qui parle de l'essence de dictame je suis preneuse.- Et en fait... Je ne pense pas que tu veuilles faire face à mon bras, parce que ce n'est pas un spectacle franchement beau à voir..."

Elle s'assit à la table sur laquelle elles venaient de mettre les livres et commença à feuilleter le sommaire de l'un d'entre eux.

"Au fait, tu t'appelles Dorcas c'est ça ? Moi c'est Lucy."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les grandes serdys se rencontrent... || Dorcas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Grandes Citations
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unfamous story :: 
Poudlard
 :: 
4e étage
 :: La bibliothèque
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit