CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les démons de minuits ♦ PV : Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Les démons de minuits ♦ PV : Logan    Ven 22 Juil - 20:09

Les démons de minuits


Je ferme les yeux et renverse la tête tendit que les fidèles se lèvent pour chanter dans l’espoir que leur voix atteindront les cieux. Je ne me suis jamais mêlée à leurs chœur et j’en ais jamais eut l’intention. Aussi je restais toujours sur le dernier banc, celui tout au fond. Les rayons de soleils traversant les vitraux n’atteignaient jamais ce banc et les quelques bougies qui étaient sensées éclairer la pénombre étaient immédiatement avalées par l’obscurité. Mais ce n’est probablement pas pour cela que les gens évitent ce banc. L’obscurité ce n’est pas si mal au fond. Non, si les gens évitent cette place c’est à cause de la statue de la vierge Marie. Le sculpteur lui avait donné un air juvénile, on pouvait lui donner 17 ans tout au plus. Il voulait probablement garder sa pureté à travers les âges au moyen de ces traits. Mais ces derniers contrastaient étrangement avec le regard de la statue, un regard froid et dur, presque inquisiteur, qui vous accusaient même si vous n’aviez rien fait. Comme si votre simple naissance était un pêché sur terre. Je détestais quand elle me regardait ainsi et pourtant j’étais à cette place tout le temps. C’était beaucoup moins désagréable que d’avoir à supporter ses imbéciles dans les premiers rangs qui chantaient. Au moins il y avait un certains miracle avec eux, pris à part ils avaient des voix éraillés, cassés, trop aigus, trop grave et surtout aucun ne savaient chanter. Mais prise ensemble le résultat était on ne peut plus correct.

Le chant cesse et on se rassoit. Le silence fait place pendant quelques instants, le silence pur et simple. J’ouvris les yeux en même temps que le prêtre reprenait son sermon. Sa voix était claire, pure. Il était exalté et savait mener son sermon. C’est pour cela que j’appréciais ce prêtre. Il savait mener ses sermons et surtout, il était le seul moyen. Alec se moquerait de moi s’il savait que je venais ici pour pouvoir oublier. Mais il ne le sait pas, personne ne le sait, sauf peut être le Lord et encore. Je ne suis pas quelqu’un de criminelle, qui apprécie le meurtre, la torture, la mort ou c’est autres fléaux que Satan lui-même a mis sur terre pour détruire l’œuvre de Dieu. Non je ne suis pas ce genre de personne même si mon visage froid et distant peut le faire penser. En fait je suis hantée par leurs visages. Chaque nuit j’entends leurs cris qui m’accusent. Mais ils méritaient tous ce qui leur était arrivé. Ils étaient des criminels ou aller le devenir. C’était le seul moyen de sauver leur âme. Et cela au prix de la mienne malheureusement et aussi au prix de mon sommeille. Combien d’heure j’ai dormis la nuit dernière ? Deux heures ? Peut être trois ? Trois heures de répit avant que mes cauchemars arrivent, le seul moyen d’en sortir et de m’éveiller et j’ai trop peur de m’endormir par la suite. Et ces fichus somnifères qui ne servent à rien. Potions en tout genre et du monde entier, sortilèges étranges et magie noir, rituel vodous et même une sorte d’exorcisme, rien n’a marché. J’ai dû passer à la médecine moldue qui marche au moins. J’en suis devenue presque accro. Je connais tous les noms des somnifères. Hypnotiques, triazolam et bien entendu ce cher anxiolytique. Sans oublier la benzodiazépine, l’hydroxzine, le méprobamate et le buspirone qui sont les sous classes les plus connus des anxiolytiques. Des noms tellement barbare pour un seul effet : dormir. Mais cela ne marche même pas, du moins pas seul. Je suis obligée de faire un cocktail étrange. Une pilule bleue, deux pilules roses et une pilule verte.
J’aimerai tant dormir sans cela. Juste quelques secondes. Je ferme les yeux et laissa aller ma tête en arrière. Je suis tellement épuisée que je plonge lentement dans un lourd sommeil, mais surtout dans une descente dans le pays des cauchemars. Cela commence par une voix de gamine, douce, innocente pleine de pureté. Une simple voix. Elle me reproche de l’avoir tué. Elle a raison, mais j’avais de bons sentiments. Ce n’est pas par plaisir. Mais je ne peux m’expliquer. Les morts se meurent à l’entrée de mes lèvres et aucuns sons ne sortent. Et puis la descente s’accélère. Forme, images, son, couleurs, odeurs, sensations. Tout cela commence à apparaitre. Je la vois. Je voudrais voir ses cheveux, mais ils sont à moitiés terreux et emmêler. Quand ce sont ses yeux sur lesquelles je me concentre ce sont deux orbites vident qui me glacent le sang. Membre à moitié arracher, chaire dévorée par vers et les asticots. Un écœurement monta dans la gorge. Ce n’était plus qu’un cadavre. Un cadavre ambulant. Et puis tout revint en arrière, tout se reconstitue très vite. Elle possède une apparence humaine. Un air de poupée. Tout à fait innocente. Me demandant qu’est-ce qu’elle aurait pu faire de mal et que je l’avais tué. Qu’elle avait souffert. Souffert dans l’attente de la mort. Souffert en voyant ses parents torturés. Et moi je ne peux rien dire. Je ne peux rien faire. Juste écouter

« - Mademoiselle ? »

Je sursautai et jetât un regard effrayée autours de moi. Car oui, même si je peux sembler insensible, j’ai différent regard. L’Eglise était pratiquement vide maintenant. Les derniers fidèles quittaient les bancs et seul le bruit des pas et des murmures brisaient le silence maintenant. Une vielle religieuse me regardait d’un air inquiet. Sa main posée sur mon bras m’empêchait de bloquer complètement ses pensées et quelques unes arrivaient tout de même dans mon esprit. Elle avait l’air sincèrement inquiet et me voulait que du bien. J’essayai de sourire, mais je ne pouvais afficher qu’un visage froid malgré moi. Mais elle ne s’en vexa pas. Au contraire. Elle semblait comprendre.

« - Je vais bien. Ne vous inquiétez. Je vais bien.
- Voyons mon enfant, je ne vais pas vous laisser partir comme ça. Venez avec moi, je vais vous donner un remontant, on a l’impression que vous avez vu la mort.
»

Si elle savait à quel point elle avait raison. Je n’avais pas le temps avec ce genre de futilité, mais je me sentais étrangement sereine en sa présence. Aussi je la suivit, elle m’emmena au fond de l’Eglise et me fit passer par une porte cochère pour me faire rentrer dans ce qui ressemblait à une petite cuisine. Elle me força sans ménagement à m’asseoir sur une chaise et se mit à préparer sous mon regard un peu surpris par le cours des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les démons de minuits ♦ PV : Logan    Sam 23 Juil - 16:26


    La célébration s'était deroulée comme toujours. Toujours le même cirque, des fidèles de tout âge se pressaient sur les bancs, certains étaient si vieux qu'on aurait pu craindre qu'ils poussent leur dernier soupir ici. Et au contraire, certains étaient très jeunes, notamment les deux garçon qui aidaient Logan. Ils devaient avoir onze ou douze ans à peine et pourtant, ils priaient avec la même ferveur que les petits vieux. Et des vieux, il y en avait beaucoup. Habillé avec leurs plus beaux habits, ils venaient ici en toute humilité pour glorifier ce Dieu qu'ils n'étaient même pas sur de rencontrer un jour. Mais ils n'en avaient rien à faire, comme si croire en cet être supérieur suffisait pour le faire exister. Logan avait parfois honte de leur mentir, d'animer ces rencontres en leur laissant l'espoir d'une vie meilleure après la mort. Alors que lui même n'y croyait plus.

    La seule chose qui changeait finalement, c'était le passage d'évangile qu'il devait lire et le sermon. Aujourd'hui, cela avait porté sur le Pardon. L'élément le plus important et le plus pur de cette religion. Tout reposait sur le Pardon. Et en lisant cela, Logan ne pouvait s'empêcher d'y réflechir. Il y avait tant de choses pour lesquelles il voulait demander pardon. Il aimerait demander pardon à Billy de ne pas être arrivé à la sauver. Il voulait demander pardon à cette assemblée, de ne pas croire en Dieu. Mais il finit la page et s'efforça de ne plus y penser. Il regarda les personnes assises devant lui pour voir l'effet produit par la lecture sur l'assemblée et commença son sermon. Toutes avaient la tête baissée et le regard perdu, ils étaient tous plongés dans leurs pensées. Une jeune fille située tout au fond de la pièce attira son attention, elle semblait fatiguée et faible. Plus il commentait le texte en faisant ressortir l'importance de la religion, de la réconciliation et en leur rappelant que Dieu était le seul juge. Leur faire peur, les impressionner assez pour qu'ils craignent la vengeance de ce Dieu qu'ils priaient. C'était aussi son rôle. Il promenait son regard sur chacun des croyants, un regard lourd de sens. Mais il était attiré par la jeune femme. Les yeux clos, elle était à présent endormis. Il ne dit rien, finit la célébration et demanda aux deux jeunes garçons de l'aider à ranger.

    Une fois que chacune des personnes eut quitté la salle, il ne vit plus la jeune femme. Elle a du se réveiller et sortir surement. Il se dirigea vers une petite porte en bois toute simple. Derrière, se cacher la pièce annexe où tout se préparait et où tout se rangeait. Un vieil endroit miteux et humide, qui n'a pas été rénové depuis la seconde guerre mondiale moldue. Ce sont de vieilles croyantes qui viennent y faire un brin de ménage chaque semaine. Elles prêtent main forte à ce pasteur qu'elles respectent et considèrent comme leur fils. Logan leur en est reconnaissant. Si généreuses, si dévouées. Juste pour elles, Logan aimerait que Dieu existe, juste pour qu'elles n'aient pas sacrifié leur temps, et parfois leurs vies, pour rien.

    Lorsqu'il entra, avec la ferme intention de se préparer un petit remontant, il découvrit qu'il n'était pas seul. Une des habituées était là, avec la jeune femme du fond de la salle. Il ne posa pas de question, sourit aux deux femmes et se dirigea vers un vieux buffet en bois couvert de poussière. Il en sortit une bouteille de Whisky Pur Feu dont il avait arraché l'étiquette. Elle aurait semblé intrigante pour les simples moldus de sa paroisse. Il se tourna vers les deux personnes et dit à la plus vieille en joignant un sourire.

    «  Merci Mme Lancaster, je vais prendre soin de Mademoiselle. Passez une bonne soirée et passez le bonjour à votre mari. »

    La vieille femme, tout à fait enchantée de l'attention que lui portait le pasteur, s'effaça en chuchotant des « merci m'sieur le réverend » à qui voulait l'entendre. Elle s'inclina en guise de respect et dit au revoir à la jeune femme puis quitta de la pièce et de l'église. Logan resta silencieux jusqu'à qu'elle soit sortie puis il s'adressa à la femme en vidant la bouteille dans deux verres.

    «  Vous savez, c'est plutôt vexant pour un pasteur lorsqu'une personne s'endort pendant votre sermon, Miss. »

    Il lui tendit un verre et sourit pour lui signifier qu'il n'était pas sérieux, il ne lui en voulait pas vraiment. Elle commençait même à attirer sa curiosité. Les personnes ne s'endorment jamais pendant la messe normalement. Sauf les jeunes enfants évidemment, mais les autres, elles restaient pendues à ses lèvres, à boire chacun de ses mots. Surtout les jeunes femmes, il avait un certain succès. Il agita légèrement son verre et une fois qu'elle l'eut pris, il lui dit

    «  Vous pouvez boire, allez y. C'est un petit remontant, du Whisky .. un peu spécial. Ca vous f'ra pas de mal. »

    Il ignorait si elle était moldue ou non. En fait, il ignorait tout d'elle. Il s'adossa à l'unique table de la pièce, elle était en bois et bancale avec des traces de brûlé dessus. Pour lui prouver ses dires, il but une gorgée de son verre. L'alcool descendit dans sa gorge, brûlant tout sur son passage. Liquide doucement amer, c'était l'un de ses alcool préferé, plus excitant que le simple vin de messe. Il reprit là où il s'était arrêté.

    «  D'ailleurs, je ne connait même pas votre prénom. Quant à moi, je suis le réverend Wyller, mais vous pouvez m'appeler Logan. »

    Il rebut une petite gorgée et en profita pour la détailler un peu plus précisément. Brune, pas très grande et le teint pâle. Elle semblait fatiguée, c'est normal qu'elle se soit endormie alors, elle semblait faible et étrangement triste. Inquiète aussi, quelque chose la tracassait. Il humidifia ses lèvres comme s'il allait parler puis il fronça les sourcils et renonça à ouvrir la bouche finalement. Ses lèvres s'étirèrent dans un sourire charmeur et il lui indiqua encore une fois son verre auquel elle n'avait pas touché. Elle était .. belle oui c'est sur, mais plus que ça, elle dégageait quelque chose. Une aura étrange et complexe. Il voulait la questionner, savoir qui elle était et pourquoi elle était là. Mais il ne fit rien, d'expérience, il sait qu'avec les femmes, il vaut mieux attendre qu'elles fassent le premier pas. Mais celle ci attirait sa curiosité, il avait l'impression de la connaître, ou du moins de l'avoir déjà rencontré. Tout en jouant avec son verre d'une main, il réfléchissais à l'endroit où ils avaient pu se voir. Mais son visage ne lui revenait pas, pourtant il était très caractéristique, il n'aurait pas pu l'oublier si facilement. Cette fille restait un mystère, il attendait qu'elle lui donne un peu plus d'informations, en espérant qu'elle soit du genre bavarde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les démons de minuits ♦ PV : Logan    Mar 26 Juil - 9:10

Un homme. Je me raidis sur ma chaise toujours aussi impassible. Malheureusement ce n’était qu’extérieurement, intérieurement je sentais une lente panique montait en moi. Cela commençait par quelques signes de nervosités. Comme regardais partout sauf lui, comme si cela me permettait de mettre une certaine distance invisible entre lui et moi et surtout pour pouvoir trouver une issue de secours. Et puis une boule se forma dans mon estomac. Une grosse boule de stresse, une envie de vomir dû au dégoût d’avoir une telle perversité de la nature prés de moi. Et puis mon cœur s’est mis à se jouer de moi lui aussi en battant la chamade de plus en plus fort au point que cela en devenait douloureux. Néanmoins pendant quelques instants j’aurais compté sur la présence de la vielle dame. Si elle était là il n’oserait rien faire. Car oui, prêtre ou pas prêtre je n’arrivais pas à compter sur lui, c’était un homme avant tout. Un homme pervers et qui n’hésiterai pas à profiter de moi. Cependant mon espoir fut de bien courte durée, car elle partit. Il la congédia. Je fermai les yeux et tenta de faire le vide autour de moi. Essayait d’imaginer un autre lieu, une autre époque. Une époque où les hommes étaient encore bons et avaient une certaine bienséance et moralité. Je m’imaginai dans une lande, une lande où le vent souffle si fort que l’herbe se plie devant son orgueil de dominer. Mon cœur se met à ralentir, le souffle revient. Oui, peu à peu je me retrouve apaisée. Je pouvais presque supportait sa présence. Oui, presque. Mais rapidement cette sérénité s’effilocha, il lui avait suffit de parler.

Je hochai de la tête simplement. Il m’avait repéré. J’étais légèrement honteuse de mettre fait prendre. Un peu comme une gamine qu’on aurait surprise avec la main dans le pot de cookies. Au moins il ne m’en voulait pas. Je me souviens qu’il m’était déjà arrivé de m’endormir dans d’autres messes. Avec d’autres prêtres cela ne passait pas. Mais lui était sympathique, il me laissait en paix. Il me proposa même un verre que j’attrapai du bout des doigts. Ce liquide me disait quelque chose. Ce n’était pas du whisky normal. Cela avait tout l’air d’être du whisky pur feu… Mais j’étais incertaine seulement.

« - Je sais qui vous êtes, cela fait plus d’un an que je viens me confesser dans votre Eglise et que j’écoute vos messes. »

J’avalai un gorgé de whisky et rapidement cette simple gorgé se trouva se terminer cul sec. Le liquide glissa plus rapidement que prévu dans mon gosier et rapidement une chaleur envahit mon estomac, puis mon tout mon cœur et mon âme. Ma tête me tourna légèrement. J’avais fait une connerie. J’avais dû mal à supporter l’alcool et j’avais eut la stupidité de boire trop rapidement. Lorsqu’on buvait trop rapidement l’alcool montait plus rapidement à la tête et cela pouvait avoir des conséquences néfastes sur mes prochaines réactions. Mais que dire, j’étais nerveuse et j’avais eus dans l’espoir que me plonger dans l’alcool me donnerait quelques forces et aides pour me soutenir à faire face à ce prêtre.

« - Whisky pur feu. J’en déduis donc que vous êtes un sorcier. Je suis Ana Howard. Vous pouvez m’appeler Ana.»

Il n’y avait pas besoin de plus de précision, car soit il me connaissait et la biographie de quelques lignes froides et parfois même fausses étaient amplement suffisantes à mon goût et si ce n’était pas le cas, et bien non, ca serait forcément le cas. Rien qu’en lisant la gazette du sorcier on me connaissait. Après à savoir s’il faisait ou non partie de ces fans hystériques que je ne supporte absolument pas. Trop près, il était beaucoup trop près. Je reculai de quelques centimètres sur ma chaise, me retrouvant au fin fond. Néanmoins, il restait toujours beaucoup trop près. Une simple phrase, quelques mots, oui juste quelques mots, si simples à prononcer et je pouvais fuir cet endroit. Mais le sommeil mélangeais à l’alcool me clouait sur cette chaise. J’avais la tête qui me tournait légèrement et mes yeux avaient une tendance particulièrement désagréable à se fermaient tout seul. Je tripotais mon verre gênée et ne savant pas trop quoi faire. Un léger voile se forma sur mes yeux, cela recommençait. L’appelle du sommeille. Il serait tellement agréable de se laisser emporter par ce dernier. Mais ce serait particulièrement mal poli, aussi je papillonnai des yeux pour essayer, mais ce ne fut qu’essayer. Car rapidement un voile sombre tomba devant mes yeux et les cris, les visions reprirent.

CRACK

Je sursautai et me retrouva être éveillée soudainement. Le verre étaient tombées par terre et avaient explosés en mille et un morceaux. Le verre avait probablement glissé entre mes doigts au moment de mon assoupissement qui semblait n’avoir durait que quelque seconde. Confuse, je m’excusai auprès de lui avec une certaine maladresse, ne savant pas trop quoi faire. D’un geste de la main vif je reconstituai le verre. Les morceaux de verres s’élevèrent et s’assemblèrent à toute vitesse. Je poussai le verre devant moi pour ne plus avoir à la mauvaise idée de le tripoter.

« - Je suis désolée. Je n’arrive plus à dormir et les somnifères commencent à me lâcher. Toujours ses cauchemars… Enfin si je n’avais que ça comme inquiétude. Je me demande ce que j’ai pu faire pour mériter tout cela… »

Bordel. Pourquoi est-ce que j’avais parlé ? L’alcool. C’est sûr. Même si je n’avais parlé qu’à demi-mots, il comprenait tout. Mes cauchemars qui me hantaient, il en avait le droit d’avoir le résumé régulier lors de mes confessions, c’est le seul moyen de m’en échapper. Pendant quelques heures. Cependant il n’était pas au courant de ce démon d’Alec. J’avais essayé, mais je n’avais pas encore trouvé les mots nécessaires pour lui expliquer ce qui s’était passé et le poids sur ma conscience. Néanmoins, je savais fort bien ce que j’avais fait pour mériter cela. Le tatouage sur mon avant bras me le rappelait sans cesse. Mais je n’avais pas le choix, c’était le seul moyen de sauver leurs âmes à eux tous.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les démons de minuits ♦ PV : Logan    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les démons de minuits ♦ PV : Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» - | Les Démons de Minuits | - -|PV|-
» Présentation de Logan Echolls
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Les démons d'Ohara
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unfamous story :: 
Londres
 :: 
Camden Town
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit